dossier de presse      

 

 

 

prochaine photo

"FORME" 

 

Travailler avec un artiste sur une nouvelle exposition est un bonheur. C’est une joie différente mais tout aussi intense que de parcourir les étagères de la galerie, d’en ouvrir les boites à la recherche de pépites, d’y découvrir des mariages inattendus.

 

Pour cette rentrée de septembre, contraints de repousser l’exposition de l’artiste coréen Bohnchang Koo, nous avons pris son travail comme point de départ pour rassembler, par affinités, des oeuvres sur le thème de la FORME.

 

Cette exposition nous donne ainsi l’occasion de confronter des classiques de notre fonds (Harry Callahan, Yasuhiro Ishimoto, Bill Brandt) à des œuvres de photographes régulièrement exposés à la galerie (Eric Dessert, Lucien Hervé, Michael Kenna, Bohnchang Koo, Jungjin Lee, Sarah Moon, Christopher Taylor), en suivant ce fil de léquilibre formel, du plaisir de loeil que nous offrent ces travaux basés le plus souvent sur une profonde simplicité.

Si la forme a parfois mauvaise presse (vide ou froide selon quon la trouve dénuée de profondeur ou de sensibilité), il est pourtant évident quelle est une base majeure de la création en photographie et que les recherches que lon peut qualifier de formalistes ont fourni à son histoire de nombreux chefs-dœuvre.

 

Certains artistes en font le centre de leur réflexion. Cest le cas pour Bohnchang Koo avec la série « Soap », variation sérielle sur un sujet aussi trivial que des savons usagés qui deviennent de véritables gemmes sous son regard.

 

Pour d’autres, elle est une caractéristique stylistique, inhérente à leur vision : ainsi Michael Kenna et sa quête du paysage sublimement épuré.

 

Mais, entre sujet de réflexion et composante intrinsèque d’un style, la forme motive ou sous- tend bien des travaux et se prête magnifiquement au jeu des rapprochements que nous tentons avec cette exposition . Le plein et le vide d’une architecture d’Hervé en écho à un désert quasi-abstrait de Jungjin Lee, un nu de Bill Brandt en regard d’un paysage enneigé de Michael Kenna : chacune de ces photographies conserve force et individualité, mais la confrontation les enrichit d’harmoniques inattendues.

 

Didier Brousse

 

 

Exposition du 3 septembre -au 24 octobre 2020

mardi - vendredi 12h - 19h / samedi 11 - 19h

 

 

 

 

 

prochaine photo