dossier de presse   carte d'invitation  

 

 

 

prochaine photo

Bernard Plossu

"Fressons et Vintages" 

 

 

La question du tirage est primordiale pour toute œuvre photographique. Il s’agit d’un diapason, d’une façon juste de faire vivre et vibrer une image.
Dès les années soixante-dix, Plossu trouve naturellement cet équilibre et, de la prise de vues au tirage, affirme sa préférence pour une image « anti-spectaculaire ».

 

La rencontre avec la famille Fresson est de ce point de vue primordiale pour la suite de son œuvre. Elle lui révèle la douceur charnelle d’une couleur vivante, artisanale, sujette au tour de main et aux conditions atmosphériques. C’est le début d’une longue collaboration (de 1967 à aujourd’hui) qui, traversant trois générations de cette famille d’inventeurs et de tireurs, fixe définitivement le style couleur de Plossu.

 

Leurs tirages ont du grain, ils sont mats, comme les photos en noir et blanc... Le grain donne une ambiance proche des photos faites au Tri-X, le coté mat est anti-spectaculaire et ça me plait. Les Fressons atténuent délicatement la violence de toute lumière excessive, que ce soit en Arizona ou dans le sud de la France !

 

Le récent décès de Michel Fresson, à 84 ans, alors qu’il travaillait toujours assidûment à l’atelier, laisse désormais son fils Jean-François comme seul détenteur du savoir-faire familial.

 

La mise en relation dans cette exposition de tirages Fresson et de tirages noir et blanc (parfois sépias) des années soixante-dix résulte d’une simple évidence : celle de l’unité du regard et du plaisir de montrer ensemble ces deux pans de l’œuvre de Plossu, habituellement séparés. Elle est aussi l’occasion de mettre en avant l’importance du tirage et de rendre hommage à ses artisans. Un travail de l’ombre, lui aussi « exceptionnel et anti-spectaculaire ».

 

Didier Brousse

 

 

Exposition du 30 octobre - au 6 février 2021

mardi - vendredi 12h - 19h / samedi 11 - 19h

 

 

 

 

 

prochaine photo